Staccalang, la saison du choix

Staccalang, la saison du choix

Série La légende de Galahn Hy

Une nouvelle de Sandrine WALBEYSS

Seul au sommet du mont Scanthi, Albert se ressourçait.

Les yeux fermés, il sentait l’air du large le frôler. D’ici il dominait le monde. Autour de lui, l’Océan Inconnu et les îles du Pays Au-Delà des Mers. Son pays depuis trois cent trente-trois ans, et son foyer depuis près d’un demi-siècle.

Si les îles audalaises s’étaient imposées d’elles-mêmes au moment où il avait besoin d’un point de chute, il n’avait pas choisi Pitros par hasard. Il avait délibérément sélectionné l’île au volcan. Elle contenait tout ce dont il avait besoin : de l’eau à profusion, douce ou salée, des coins isolés où il pourrait sans mal éviter les autres habitants de l’île, et surtout le dôme du volcan. Un point de vue culminant qui l’aidait à tout remettre en perspective, enfin presque tout.

Ouvrant les yeux sur le soleil blanc d’Uhnythais qui palissait à l’approche de la première mi-nuit, il se souvenait du jour où il avait reçu son invitation pour Ahrmonnhyah, l’université des dieux. Un endroit qu’il avait entrevu les rares fois où il avait accompagné son père sur l’Anneau Sourcylien. Fils d’un dieu itinérant, il connaissait mieux les uhnytiens que les dieux. Polymorphes, ondins et autres êtres de magie avaient peu de secrets pour lui. Pour les dieux et les humains par contre, c’était une autre histoire. Sa timidité naturelle le conduisait en général à observer plutôt qu’à participer aux activités.

Suivant des yeux le vol d’un vautour argenté qui descendait au bord du fleuve, il se rappela son anticipation. Une envie teintée d’appréhension. Comment serait-il accepté ? Se ferait-il de bons amis ? Quelles nouvelles connaissances découvrirait-il ? Tant de siècles plus tard, il repensait avec bienveillance à sa naïveté. Les choses qui l’occupaient à l’époque lui semblaient si futiles… et pourtant, elles n’étaient pas si loin de celles qui le préoccupaient aujourd’hui.

Le fils de Taolinh serait-il le sauveur d’Uhnythais ? Comment savoir s’il portait les gênes de la mutation ? Elle était morte depuis près de cinquante ans, et les êtres de magie périclitaient. Tous sentaient le lent mais inexorable déclin du Cœur magique d’Uhnythais, mais aucun d’entre eux ne connaissait le remède.

Il n’avait jamais regretté son choix, ni les sacrifices consentis, mais alors que le battement du cœur s’affaiblissait à chaque instant, il ne pouvait s’empêcher de se demander s’il aurait pu faire plus. Renouer avec les marcheurs de l’univers pour explorer Inhertinn et les autres galaxies et parcourir l’univers Galatée afin de trouver le remède ? Bien qu’il n’ait jamais hésité et que le chemin qu’il avait suivi ait été clair pour lui, Albert ne pouvait s’empêcher de ressasser le passé. Comment savoir s’il aurait pu mieux faire ?

Au moment où le soleil blanc disparaissait derrière le disque Sourcylien, le dieu admira la première nuit de diamant de Staccalang. L’automne. La saison des choix. Laisser le passé derrière soi et se rassembler sur l’essentiel, le protéger durant la longue saison d’hiver à venir, avant de laisser le nouveau éclore au printemps. Il y avait longtemps qu’il n’avait pas songé aux enseignements des Essentiels.

Choisir que garder et de quoi se défaire. Voilà qui était tout à fait approprié pour les jours à venir. Il se leva pour rejoindre la grotte qui lui servait de bureau. Il appréhendait la discussion avec Bob. Comment lui expliquer qu’il ne pouvait pas aller à Ahrmonnhyah sans briser le secret de sa naissance ? Si seulement Mahira avait accepté de ne pas envoyer l’invitation. Mais elle avait été très claire. « Peu m’importe que Robert ne soit que ton fils adoptif Albert. Tous les enfants-dieux sont invités à venir à Ahrmonnhyah, que cela te plaise ou non. Nous n’avons jamais fait d’exception, et il n’est pas question que cela commence. » Il ne restait plus qu’à le convaincre de ne pas y aller. Connaissant Bob, il pouvait s’attendre à une forte résistance.  

———————————————————-