7 conseils pour entrer dans un monde imaginaire

7 conseils pour entrer dans un monde imaginaire

Bonjour !

On vous a offert un livre et vous avez envie de tenter l’aventure, vous êtes curieux de savoir ce qui se passe de l’autre côté, ou pour tout autre raison, vous vous posez la question de savoir comment aborder ce monde inconnu ?

Aujourd’hui, je vous propose mon mode d’emploi pour lire un livre des littératures de l’imaginaire quand on n’est pas familier de ce genre de lecture. Je lis beaucoup, dans tous les styles. J’aime le suspense, le dépaysement, les voyages et apprendre. Je lis des essais sociologiques ou politiques, des biographies, des polars, des romans, quelques classiques et de la SFFF (Science Fiction, Fantastique, Fantasy). Tout ça pour vous dire que je ne suis pas spécialiste de ce style littéraire, même si je l’apprécie.

Ce que je vous donne ci-dessous est l’analyse de ma manière de lire un livre fantastique. Quelles différences avec ma lecture d’une biographie ou d’un polar ? Voici donc mes outils, en espérant qu’ils vous aideront à trouver les vôtres !

Conseil 1 : LIRE LES NOMS À HAUTE VOIX

Partir à la rencontre d’un monde imaginaire s’apparente à un voyage. Vous quittez votre quotidien pour découvrir une autre société, une autre civilisation, une autre planète. De la même manière que pour une langue étrangère, la sonorité des mots inconnus résonnera plus facilement en vous si vous les prononcez à voix haute.

Peu importe que vous les énonciez comme l’auteur l’a prévu. Prenez le temps de les apprivoiser. Essayez plusieurs solutions. Imaginez que vous croisez quelqu’un dans une soirée, la musique est forte et vous avez du mal à saisir son nom. Vous lui faites répéter, et il finit par vous l’épeler.

Le processus a été un peu long, mais vous avez compris. Pour l’avoir vécu, je peux vous assurer que vous n’oublierez pas cette rencontre et que ce nom et cette personne feront maintenant partie de votre univers.

Conseil 2 : DÉCOUVREZ VOTRE FAMILLE ÉLOIGNÉE

Si vous n’êtes pas familier des mondes imaginaires, il est possible que le seul fait d’ouvrir un roman d’anticipation vous donne des sueurs froides.

Imaginez que vous partez à la rencontre de membres de votre famille éloignée. Même sans les connaître encore, un lien existe. Il peut être ténu, invisible ou effiloché, il est là. Quelque part dans les branches de votre arbre généalogique, vous êtes connectés. Et aujourd’hui, vous avez choisi de leur rendre visite.

Vous ignorez à quoi vous attendre. Vous ne les avez jamais vus, et vous n’avez entendu que quelques rumeurs sur le grand-oncle de votre arrière-grand-mère, qui a quitté le village familial pour aller tenter sa chance de l’autre côté de l’océan. Cependant, vous avez envie de faire leur connaissance. Vous êtes curieux de voir comment leur vie se déroule. Est-elle différente de la vôtre ? Y aura-t-il des points communs ?

Utilisez ce mécanisme d’enthousiasme rassurant. L’auteur d’un roman imaginaire n’est pas différent de vous. Il peut être votre voisin, une cousine éloignée ou la belle-sœur de votre dentiste. Peu importe. C’est un être vivant, avec ses joies, ses peines et ses expériences. En ouvrant son livre, vous pénétrez dans son univers. Vous êtes invité et vous êtes attendu.

Conseil 3 : TROUVEZ LES POINTS DE REPÈRE

En commençant une histoire, vous partez en voyage avec l’auteur. Il est votre guide et il espère que vous aimerez l’itinéraire. Comme il n’est pas à côté de vous pour cette découverte, il vous a laissé des indications. Quelque part dans son récit, vous trouverez des repères, des points d’accroche, des références au monde que vous connaissez.

Il peut s’agir d’un nom, d’une technique, d’un sentiment. On a souvent tendance à se focaliser sur les différences. Pourtant, les ressemblances sont toujours là. De la même manière qu’on ne peut séparer les 2 faces d’une montagne, nous sommes tous identiques et différents, suivant l’angle de vue choisi.

Utilisez cette faculté pour vous faciliter le voyage. Soyez bienveillant avec vous-même. Laissez-vous le temps d’apprivoiser ce monde inconnu. Aidez-vous à y trouver votre place. Soyez certain qu’elle existe.

Conseil 4 : LISEZ SUR UN TEMPS COURT OU RÉGULIER

Faire connaissance avec un monde imaginaire nécessite du temps. De la même manière que pour apprendre une nouvelle langue ou découvrir un pays, l’immersion sera facilitée si vous y consacrez un temps régulier, 15 minutes quotidiennes, ou si vous lisez le livre d’une traite sur quelques jours.

Chaque interruption vous demande un effort supplémentaire. Avant de continuer la route, vous devrez reprendre une partie des informations précédentes. Selon le fonctionnement de votre mémoire, cela sera plus ou moins long, et suivant votre patience, cela sera plus ou moins attirant.

N’en soyez pas désolé. La lecture utilise notre mémoire à court terme. Déchiffrer des phrases est un exercice d’agilité. Une fois habitué, notre cerveau le fait sans réfléchir avec l’habileté d’un athlète de haut niveau. Retenir l’histoire, les noms de personnages ou une trame complexe fait appel à d’autres qualités. La mémoire visuelle, qui crée ses propres images pour vous approprier l’histoire. Les sensations ou sentiments, qui relient l’histoire à vos expériences pour l’intégrer.

Pour apprendre à lire, nous avons travaillé jour après jour, pour entraîner cette capacité jusqu’à ce qu’elle devienne automatique. Si vous n’avez pas l’habitude des mondes imaginaires, prenez le temps de développer les aptitudes que vous ne possédez pas encore. Soyez régulier dans vos efforts, vous en serez récompensé.

Conseil 5 : UTILISEZ TOUS VOS SENS

Pénétrer dans un monde inconnu peut être effrayant. Nous avons souvent peur de ce que nous ne connaissons pas. Les mondes imaginaires font appel à notre cerveau droit. Celui qui regarde le monde dans sa globalité. La bonne nouvelle, c’est que nous en avons tous un. Certains l’utilisent plus que d’autres, mais il ne tient qu’à vous de modifier les choses.

Pour apprécier l’environnement, notre cerveau gauche range les éléments dans des catégories. Le truc bleu ou gris au-dessus de votre tête c’est le ciel. Il est rouge ? Ah, étrange, mais de toute façon, si c’est au-dessus de votre tête, c’est le ciel.

Notre cerveau droit, lui, utilise tous les sens. Un petit vent frais vous a fait frissonner. Il entend les oiseaux qui chantent. Sous vos pieds, la terre est douce, et les feuilles d’automne craquent sous vos pas. Lorsque vous inspirez, l’odeur du sous-bois envahit votre corps.

Vous ignorez comment faire pour plus utiliser votre cerveau droit ? Laissez-le décider. Il sait. Utilisez tous vos outils. Même si vous n’avez pas l’habitude de vous en servir, ou pas de cette manière, laissez-vous guider. La mémoire du corps est à notre disposition. Elle retient les douleurs et les maladies, mais elle peut aussi retenir les joies et les histoires.

Conseil 6 : VOYAGEZ LÉGER

Votre voyage sera plus agréable si vous posez votre quotidien avant d’entrer.

Nous avons vu précédemment l’aide que le cerveau droit peut vous apporter pour pénétrer dans un monde imaginaire. Mais pour qu’il puisse s’épanouir, il faut lui laisser de la place. Nous devons convaincre notre cerveau gauche, le cartésien, organisé et concret, de stopper sa liste de choses à faire pendant quelques instants.

Imaginez que vous visitiez un musée. Si vous passez votre temps à vous demander ce que vous ferez à manger ce soir, si les enfants ont bien fait leur devoir, si le chien n’a pas déchiré vos nouvelles pantoufles, si…. Qu’aurez-vous vu ?

Prenez le temps d’être attentif à chaque chose. Lorsque vous lisez, consacrez-vous à la lecture. Oubliez tout le reste. Seulement 5 minutes par jour si vous n’avez pas plus de temps. Profitez de cet instant. Il est à vous.

Conseil 7 : CHOISISSEZ VOTRE RYTHME

Lire un livre, c’est suivre le mouvement impulsé par l’auteur. C’est lui qui a figé la trame et qui vous accueille dans son histoire.

Lire un livre, c’est être acteur de votre lecture. Vous pouvez choisir de suivre, ou pas, le rythme de l’auteur. Si vous suffoquez, faites une pause, même si c’est le milieu du chapitre. Si vous l’avez trouvé trop court au contraire, tournez la page, la suite vous attend.

Utilisez la liberté du livre. Rien ne vous oblige à suivre pas à pas le rythme de l’auteur s’il ne vous convient pas tout à fait. Vous pouvez sauter un paragraphe, et vous arrêter quand vous le souhaitez. Soyez bienveillant avec vous-même. Comme dans un restaurant, vous pouvez choisir de ne pas prendre de dessert.

L’auteur a écrit le livre qui lui ressemble, mais vous n’êtes pas lui.

Faites-vous le cadeau de vous offrir la lecture qui vous ressemble.

————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.