Un mensonge peut en cacher un autre – chapitre 7

Un mensonge peut en cacher un autre – chapitre 7

Un mensonge peut en cacher un autre

 

Chapitre 7) Jeu de hasard

Isabelle sortait de chez son psy. Elle avait repris un rendez-vous lorsqu’elle s’était rendu compte qu’elle repensait sans cesse à l’inconnu qui avait dîné au restaurant avec sa femme. Il n’était pas dans ses habitudes de se faire des films sur des quidams, encore moins s’ils étaient mariés. Le psychologue qui la suivait depuis son divorce était à l’écoute et toujours de bons conseils.

Aujourd’hui, il lui avait permis de regarder ce qui lui arrivait avec une autre perspective. Elle avait besoin de se reconstruire une vie sociale après une rupture souhaitée, mais compliquée, qui l’avait laissée repliée sur son travail, en oubliant ses désirs de femme. Elle sortait du cabinet rassérénée, la conscience du chemin qui se présentait à elle ayant aplani les obstacles qu’elle s’imaginait devoir franchir. Il était plus que probable qu’elle ne reverrait jamais cet homme, sa femme étant revenue plusieurs fois déjeuner sans lui. Il n’avait peut-être pas aimé sa cuisine. L’idée la touchait plus qu’elle ne l’aurait voulu. Elle devait l’oublier. L’avis d’un inconnu ne devrait pas avoir autant d’importance à ses yeux. Elle se promit de sortir un peu plus pour faire de nouvelles connaissances et se dirigea vers le VGA pour préparer la soirée.

Trois heures plus tard, quand la porte du restaurant s’ouvrit alors que ses derniers clients étaient en train de régler l’addition et qu’elle aperçut Tristan, Isabelle sentit son cœur s’emballer. Elle prit quelques secondes pour retrouver son calme et s’avança pour l’accueillir.

« Bonsoir. Vous souhaitez dîner ?

— Bonsoir. Oui, s’il vous plaît.

— Votre femme va vous rejoindre ?

— Pardon ? Oh. Vous voulez parler de Lila ? Non. Elle ne viendra pas. Ce n’est pas ma femme.

— Je suis confuse. » Isabelle ne savait plus où se mettre.

Tristan lui sourit.

« Ne vous inquiétez pas. C’est ma meilleure amie, mais seulement une amie. Je suis célibataire. » Sitôt que les mots furent sortis de sa bouche, Tristan les regretta. Dire qu’il voulait être discret, c’était réussi ! Si avec ça elle n’avait pas compris qu’il la draguait… Lorsqu’il la regarda, ses yeux brillaient.

« Et bien, c’est une excellente nouvelle, monsieur…

— Tristan. Appelez-moi Tristan.

— D’accord Tristan. Moi c’est Isabelle. »

Lorsqu’elle repartit en cuisine pour préparer le plat qu’il avait commandé, Isabelle avait l’impression que son cœur allait sortir de sa poitrine tellement il battait fort. Elle s’appuya sur le mur et sourit. Il était célibataire et il était revenu pour la voir. Isabelle repensa à la salle du restaurant vide excepté pour lui et se demanda ce que la soirée leur réservait.

Pour lire la suite, cliquez sur l’image…