Les concours d’écriture

Les concours d’écriture

Un article de Sandrine WALBEYSS.

J’inaugure avec cet article une nouvelle série où je vais partager avec vous mon expérience de l’écriture au fur et à mesure qu’elle se construit, ce qui m’a aidé (ou pas), les petites victoires et les grandes défaites (voire l’inverse !), bref tout ce qui m’accompagne sur ce chemin.

Comme l’indique le titre, aujourd’hui j’ai envie de vous parler des concours d’écriture.

Lorsqu’on écrit et que l’on ne fait pas partie de ceux qui ont dans leur entourage des professionnels de ce domaine, il est très difficile de se rendre compte de la valeur réelle de ce qu’on produit. Les dictons populaires ont retenu que les cordonniers sont les plus mal chaussés, mais il est aussi difficile pour un artiste d’apprécier la valeur de sa production sans une introspection profonde. Ce regard, qui saura regarder ce qui est sans juger, simplement pour apprécier le chemin parcouru et ce qui peut être amélioré, peut être compliqué à accepter, coincé entre un ego parfois surdimensionné et le regard de l’entourage, parfois plus complaisant qu’objectif.

C’est là que l’intérêt d’un œil extérieur prend tout son sens. C’est le premier apport d’un concours. Permettre à vos écrits de passer cette étape. Avoir suffisamment confiance en soi pour oser soumettre sa prose ou ses poèmes à un regard inconnu, professionnel ou amateur avisé.

Savoir se remettre en question en fonction du résultat. Je n’ai pas été primé, quelles émotions sont là ? Est-ce une déception ou une déchirure ? Est-ce que l’important pour moi est d’écrire ou d’être reconnu ? Si je suis primé mais pas premier, qu’en est-il ? AI-je besoin de faire mieux que les autres ou simplement de me prouver que je peux le faire ? Où se situe ma vérité ?

Participer à un concours c’est bien entendu envisager la victoire, mais, suivant le type de concours, savoir aussi envisager une nomination à une autre place, voire aucun résultat.

C’est là qu’on en arrive à l’autre intérêt, primordial à mon avis, des concours d’écriture : l’apprentissage.

Participer à un concours demande un investissement, une dose de confiance et surtout de la motivation. C’est à cet instant qu’il est nécessaire de se rappeler qu’aucun artiste connu, que ce soit dans l’écriture, la peinture, le chant ou tout autre domaine, ne s’est réveillé un matin promu sur le devant de la scène sans avoir jamais rien fait avant. Tous vous diront la même chose, ils ont répété leurs gammes, jour après jour pendant des années, jusqu’à peu à peu atteindre le niveau qui leur a permis d’être reconnu.

Alors laissez-vous ce temps de découverte. Regardez les concours qui se présentent, localement ou plus loin.

Observez le thème, ce qui est demandé. Voyez ce qui vous parle.

S’il est intéressant de tester ses capacités dans un domaine inconnu, il est cependant contre productif (à mon avis) de choisir un thème qui ne nous plaît pas en espérant qu’un miracle nous aidera à produire un texte intéressant…

Certains concours sont sur un thème précis (policier, science fiction, comédie romantique…), d’autres vous demandent d’écrire à partir d’une photo ou une phrase… Lorsqu’on a envie d’écrire, c’est vraiment un excellent exercice, à condition de ne pas verser dans la facilité. Si le sujet vous parle et que vous le connaissez très bien, vous aurez sans doute un texte prêt rapidement. Prenez le temps d’explorer un peu plus à la fois le thème et vos capacités. Sortez de votre zone de confort pour progresser, voir si vous êtes capable d’aller plus loin.

Si, avant d’envoyer votre œuvre, vous êtes déjà satisfait de ce qui s’est passé, d’avoir dépassé vos limites et découvert quelque chose, vous êtes déjà gagnant, à tous les coups. Le résultat du concours n’est alors plus qu’une formalité, la cerise sur le délicieux gâteau que vous venez de terminer.

Un autre élément important pour les concours d’écriture est l’apprentissage de la patience. C’est une qualité primordiale pour un écrivain. Il se passe souvent plusieurs mois avant d’avoir une réponse d’un éditeur, et encore quelques-uns avant un retour du public. Savoir apprécier chaque instant de l’écriture permet de combler cette attente qui peut sembler interminable et débouche souvent sur un refus. Les concours aussi prennent leur temps. Il y a souvent plusieurs semaines, voire plusieurs mois, entre la date de remise des manuscrits et le résultat du concours.

Rien ne sert de s’épuiser jour après jour à imaginer les résultats, euphorique en cas de victoire et déprimé en cas de défaite. Avoir apprécié l’exercice d’écriture permet de mettre cela de côté. Vous avez progressé, c’est une belle étape, profitez de cette victoire que vous ne devez à personne d’autre que vous-même, avant d’aller vers la prochaine.

Un dernier conseil pour terminer cet article, prenez le temps de lire soigneusement les consignes d’un concours, et de les respecter.

Les organisateurs ont pris leur temps pour préparer cet événement, et ont en général des directives précises. Les prendre en compte a deux avantages : vous leur facilitez la tâche et reconnaissez le travail préparatoire qu’ils ont effectué et vous mettez toutes les chances de votre côté. Votre texte aura beau être le meilleur, s’il est hors sujet, il ne sera pas pris en compte. Dans un concours de pâtisserie, on n’élira jamais la meilleure choucroute du monde…

N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous le souhaitez, et continuez à écrire !