Le rêve de Nicolas – Ch 25

Le rêve de Nicolas, un roman de Sandrine Walbeyss

Soutien familial

Nicolas était six pieds sous terre. Pourquoi avait-il imaginé que parler de ses problèmes de boulot en famille était une bonne idée ? Il se serait donné des baffes pour ne pas avoir anticipé l’ouragan qui lui était tombé dessus.

Pour ne rien arranger, il n’avait pas encore présenté Salomé à sa famille, et Mathias n’était pas là. Il se retrouvait donc seul face au tribunal de l’inquisition.

« Dans ta situation, c’est inespéré d’avoir une offre d’emploi qui te tend les bras sans rien faire ». Merci, Roger, c’est touchant de voir à quel point tu as confiance en mes capacités.

« Mon pauvre bichon, tu n’as jamais eu de chance, déjà quand tu étais en maternelle, tu avais loupé trois semaines de classe avec une varicelle carabinée. » Oui, maman, je sais, ça fait presque trente ans que tu nous le rappelles chaque fois que j’ai un rhume.

« Moi de mon temps, on n’avait qu’à se baisser pour trouver du travail, ah c’est pas comme maintenant. » Ah oui ? Ben c’est pas comme ça que t’as dû attraper mal au dos Jonquille.

« Tu sais, si tu as besoin de temps pour réfléchir, j’ai une copine qui a fait une retraite dans le Vercors, trente jours coupée du monde, avec des méditations en ligne 24h/24, elle est revenue métamorphosée. » Ah ? En quoi ? Moi, si je vais à la campagne, ça sera pas pour rester scotché à un écran à longueur de journée !

« Démissionner ? Tu n’y penses pas Nicolas, je n’ai pas élevé mon fils pour qu’il tourne le dos à ses responsabilités ! » Ben non, papa, justement, tu ne m’as pas élevé. Alors je ne peux pas jurer que le problème vient de là, mais quand je te vois réagir, je ne peux qu’être soulagé de ne pas t’avoir côtoyé plus.

Quand Nicolas vit la porte s’ouvrir sur son frère au moment du café, il avait rarement été aussi heureux de le voir.

————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.