Le jour où j’ai rêvé que Dieu est une femme – 30

LE JOUR OU J'AI REVE QUE DIEU EST UNE FEMME

Un roman de Sandrine WALBEYSS

Chapitre 30 – SIMPLICITÉ

Je suis Léontine, j’ai soixante-trois ans et je suis commerçante.

Je vends des chaussures depuis quarante-cinq ans. Ça en fait des pieds, de toutes les tailles et des chaussures, de tous les styles et de toutes les couleurs…

Ça fait rire mes petits enfants. J’en ai quatre. Le plus grand, qui a douze ans maintenant, m’appelait mamie « sure » quand il était petit et ça m’est resté.

Ça me plairait que Dieu soit une femme. Vous savez, à mon âge, on a vécu beaucoup de choses. Les chocs pétroliers, mai 68, la légalisation de l’avortement, l’évolution de la télévision et du téléphone…

Finalement, il n’y a que les religions qui ne changent pas. Alors ça ? Ce serait une révolution.

Je me vois bien Lui parler, le soir, en faisant ma vaisselle. J’en ai pris l’habitude il y a longtemps, quand je n’avais pas le temps de Lui parler en dehors, avec mon mari, et les enfants. Maintenant il n’y a plus que moi, mais j’ai gardé cette habitude.

C’est agréable de faire la conversation en lavant mon assiette, mes couverts, la casserole où j’ai fait chauffer ma soupe… Le temps paraît moins long.

Je Lui raconte ma journée, les petits travers de mes clients, les aventures des enfants, les tracas administratifs… et ça me fait un bien fou, c’est comme si tout partait avec l’eau de vaisselle dès que je vide l’évier.

Vous n’avez jamais essayé ? Vous devriez !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.