Le jour où j’ai rêvé que Dieu est une femme – 19

Le jour où j’ai rêvé que Dieu est une femme – 19

Un roman de Sandrine WALBEYSS

Chapitre 19 – SECONDE CHANCE

Mon nom est Victoire, j’ai dix-sept ans et je suis lycéenne. J’étudie au lycée privé Sainte Marie-Madeleine.

Je trouve ça drôle comme idée que Dieu soit une femme. Mais à votre place, je n’en parlerais pas au lycée. Je ne suis pas sûre qu’ils apprécient ce genre d’humour. Ils sont plutôt à cheval sur le règlement si vous voyez ce que je veux dire ?

Je suis arrivée là par hasard. Mes parents cherchaient un internat car nous habitions trop loin de la ville et passer des heures dans les transports, ce n’est pas très productif pour apprendre. Comme je voulais une filière hôtellerie, les choix étaient limités.

Je me suis bien intégrée. Je suis plutôt une bonne élève et même si je ne suis pas très pratiquante, j’aime bien les églises. Je trouve toujours à m’occuper pendant les offices. J’observe beaucoup : le bâtiment, les professeurs, les élèves. Les offices ne sont pas obligatoires, mais c’est plus drôle que les études surveillées qui sont très strictes, alors j’y vais.

J’aime bien Marie-Madeleine. J’aime cette idée d’avoir une seconde chance. On a le droit de changer d’avis, de se tromper, de recommencer.

Vous imaginez comme il serait triste de n’avoir qu’un seul essai ? Et flippant en plus ! Parce que tout tenter sur une seule chance, wouahouh, faut avoir la foi pour de bon !

En plus on a des échanges avec l’étranger et ça c’est cool. L’an dernier on est allés en République Tchèque et normalement cette année on va en Pologne. J’adore les pays de l’Est. Comme il fait froid, les gens sont chaleureux. Bien plus que dans le sud de l’Europe. Là ils ont tellement chaud qu’ils sont plutôt froids… ça m’a surpris la première fois que je suis allée en Belgique.

Avec leur accent et leurs expressions, les belges sont attachants et une fois que vous êtes entrés chez eux, il est difficile de repartir. Alors qu’en Espagne par exemple, c’est un sacré challenge d’arriver à entrer chez quelqu’un ! Ils vous invitent partout, vous font visiter la ville, vous emmènent goûter les meilleures tapas, vous accompagnent dans les bals, mais pour entrer chez eux, il faut les connaître depuis bien plus longtemps.

Et c’est très bien comme ça ! J’adore comprendre comment fonctionnent les gens. Connaître leur culture. Apprendre leur langue. Au départ je pensais prendre la filière gastronomie, mais je vais plutôt me spécialiser dans l’accueil, ça me correspond plus.

Enfin bref, si Dieu est une femme, c’est super, parce que ça veut dire qu’Elle a de l’endurance et une bonne dose de créativité, ça sert toujours !