Le dernier Bakou – 75

Le dernier Bakou – 75

Rykil écoutait Iolunh. Elle essayait d’intégrer les nouvelles données qui bousculaient son univers. Toutes ses certitudes s’effondraient les unes après les autres. Comme tous les enfants d’Uhnythais, elle avait joué au Mirtapi, une manière d’apprendre le monde, avec ses imprévus et ses déconvenues, ses cadeaux et ses rencontres.

Mais le jeu des Bakous… un jeu où des gens mourraient, où chacun tirait la couverture à soi, n’avait plus rien d’un amusement. Elle avait eu du mal à comprendre. Comment un jeu pouvait-il être détourné ? Iolunh avait été patient. Elle avait senti sa peine dans les paroles qu’il prononçait. Il avait créé ce jeu des millénaires auparavant, sur une autre planète, dans une autre vie. Et celui-ci était utilisé sur Uhnythais pour éradiquer la magie, pour supprimer ceux qu’il était censé servir. Elle avait compris la force de l’humanité, une persévérance au-delà des générations, sur une simple idée. Elle avait appris la volonté de gagner à tout prix. Celle qui conduisait à tous les excès par peur de perdre.

Peu à peu, elle reconstruisait son monde. Les nouvelles informations se mêlaient aux anciennes et remodelaient ses certitudes. Elle avait l’impression que son esprit s’ouvrait. Elle était partie d’une fleur pour voir le buisson puis le jardin. Tout ce qu’elle avait su n’était pas obsolète, il fallait juste le replacer au bon endroit. Chercher la concordance avec ce que les Bakous lui racontaient.

D’après Iolunh, le Bakou qui se métamorphosait sur Uhnythais était la chance qu’ils attendaient depuis des siècles. La fin de sa transformation marquerait le début d’une nouvelle partie. Une partie où un autre équilibre pourrait être construit. La mutation d’un Bakou pouvait prendre jusqu’à quatre semaines et il leur en restait moins de deux. Personne ne savait s’il serait prêt avant qu’il soit trop tard, mais tout devait être mis en œuvre pour le lui permettre.

La question qui tourmentait Rykil était pourquoi ? Les dernières informations de Iolunh lui avaient donné la raison temporelle. Ce nouveau Bakou était une occasion unique. Parfait. Mais pourquoi elle ? Il y avait près d’un milliard d’habitants sur Uhnythais, et des tas de gens bien. La réponse l’avait plongée dans des abîmes de réflexion. Le nouveau Bakou était Zohrann, le frère jumeau de sa mère.

——————–