Le dernier Bakou – 55

Le dernier Bakou – 55

Il y avait urgence.

Lorsqu’il avait décidé de laisser Chossalinn à ses discussions sans fin, il avait détecté les énergies des dieux dans ce trou perdu. Surprenant. Que mijotaient-ils ici ? Il ne voyait pas le Balibab. Une mauvaise nouvelle en perspective ?  

Norula se trouvait face à la maison de Rawilh à Gialith. Il avait suivi le chemin des ondins pour venir depuis le plateau de Singhit. Il avait remplacé trois jours de trajet en voiture par quelques heures de baignade revigorante. Bien que polymorphe, il avait hérité du goût de sa mère ondine pour les espaces aquatiques. Il sourit, repensant à Azyolh, le Veilleur des Eaux. Quel meilleur ami aurait-il pu trouver, lui qui passait plus de temps dans l’eau que sur terre ?

Il s’apprêtait à traverser la rue pour aller frapper à la porte lorsqu’elle s’ouvrit.

Norula quitta dans l’instant l’aspect humain qu’il avait choisi et se colla au houx qui escaladait le muret voisin. Il observait l’inconnu qui venait de sortir de la maison. Il se dirigeait vers le garage, suivi par une vieille connaissance. Un ami de longue date,  un dieu caustique et serviable dénommé Rashta. Cette fois il n’y avait plus à hésiter. Savoir Azyolh, Albert et Rashta ici lui confirmait qu’il se trouvait au bon endroit. Il reprit sa forme humaine et s’avança vers le perron pour sonner à la porte.

——————–