Le dernier Bakou – 45

Le dernier Bakou – 45

La première chose que Rawilh avait vue était Nicitil. Elle s’était précipitée pour le prendre dans ses bras, ravie. « Tu es revenu ! Tu es revenu ! Alors il y a une nouvelle Bakoue ! Par tous les dieux, merci, merci, merci ! »

Rashta regardait la femme qui se trouvait devant eux. Elle était plus petite que lui, âgée d’une soixantaine d’années. Plutôt jolie pour une humaine de son âge. Ses longs cheveux blancs étaient tressés haut sur sa tête et elle portait un pantalon et un pull foncés, égayés par une écharpe colorée. La ressemblance avec son fils était surtout visible au niveau des yeux. Toute la chaleur de son cœur se reflétait dans un regard noir. Et il pariait que sa colère s’y retrouverait tout aussi bien. Tenant le Gardien dans ses bras, elle dévisageait maintenant le reste du groupe.

« Et bien mon chéri, fais entrer tes invités voyons, vous n’allez pas rester sur le perron. » Elle s’effaça pour les laisser passer, gratifiant son fils d’une bise au passage. Lorsqu’elle remarqua Bob, toute joie quitta son visage.

« Qu’avez-vous fait à ce garçon ? » Repoussant Rashta d’une poigne plus forte qu’il ne l’aurait soupçonné, elle souleva Bob pour le porter à l’intérieur. « N’as-tu rien retenu de tout ce que je t’ai appris ? Comment as-tu pu le laisser s’épuiser ainsi ? Vous auriez dû venir dès le début de la transformation. » Elle s’affairait à installer son invité, puis alla chercher des flacons dans un tiroir. « Qu’avez-vous dans la tête tous autant que vous êtes ? Xilistt est jeune, mais vous et vous » montrant Albert et Nysmok « vous auriez dû agir…

— Mais maman…

— Il n’y a pas de mais maman, regarde-le ! Il n’y a qu’un Bakou, tu devrais prendre soin de lui et être reconnaissant que ce ne soit pas toi ! » Sa dernière tirade avait stoppé net tout mouvement dans la pièce. Chacun était en train de digérer l’information. Rawilh sentit que quelque chose se passait et releva la tête. « Quoi ? Ne me dites pas que ce nigaud ne vous avait rien dit ! Mais enfin Xilistt Bhrystok, que vais-je faire de toi ? Allez vous installer dans la bibliothèque, je finis de prendre soin de ce garçon et j’arrive. Nous avons à parler. »

——————–