Le dernier Bakou – 32

Le dernier Bakou – 32

Norula s’était amusé comme un fou sur le plateau de Singhit.

Cela faisait bien longtemps que la part joyeuse de son être n’avait pas pris l’air. Se transformer pour jouer des tours à d’autres avait toujours été l’un des grands plaisirs polymorphiques. Savoir la menace que les hommes représentaient avait même ajouté du piment à l’opération.

Il avait surveillé du coin de l’œil Azyolh et Albert, témoin du soin qu’ils avaient mis à déterrer la souche du Balibab et de la force nécessaire pour dégager l’ensemble du bloc racinaire. Ils avaient trimé comme des forçats malgré leur puissance divine. Norula n’imaginait pas qu’un arbre puisse s’étaler sous terre aussi largement qu’il se déployait vers le ciel. Qu’on s’attaque à de tels êtres était impensable et d’autant plus barbare. Il espérait de tout cœur que les dieux trouveraient une façon d’aider le Balibab. Pour sa part, il les rejoindrait plus tard, un détail l’avait intrigué.

Il avait traîné sur place après le départ d’Albert et Azyolh pour vérifier l’état des outils. Il avait pris soin de se fondre dans le paysage. Personne n’avait prêté attention à un pneu crevé et à une jante rouillée.

Norula par contre avait entendu une conversation téléphonique très instructive. D’après les réponses du contremaître qui avait pris l’appel, une entreprise dakyroise avait commandité le nettoyage du plateau. Décidément, ces gens-là étaient partout. Il avait surtout eu l’impression que le bois n’était pas le seul objectif de la personne au bout du fil. Elle avait eu l’air extrêmement contrariée d’apprendre la disparition du Balibab. L’homme avait peu à peu éloigné le téléphone de son oreille, et les éclats de voix étaient parvenus jusqu’au polymorphe. S’il lui manquait des détails, il avait cependant un nom. Chossalinn Dhossal, héritière de l’empire du même nom, l’une des plus grandes fortunes d’Uhnythais. Il savait maintenant où poursuivre ses investigations.

——————–