Le dernier Bakou – 29

Le dernier Bakou – 29

Chossalinn jeta son téléphone contre le mur d’un geste rageur. Aussitôt, on frappa à la porte. « Madame Dhossal ? Tout va bien ? » Elle retrouva un calme apparent pour répondre. « Oui… j’ai bousculé le porte-manteau. Je serai prête dans une minute. »

Rykil sourit devant cette excuse pitoyable. Elle savait reconnaître un lancer franc, et le bruit qu’elle avait entendu n’avait rien d’accidentel. La reine mère venait de recevoir une mauvaise nouvelle et elle avait passé ses nerfs sur le premier objet qui lui était tombé sous la main.

Elle avait perdu à la courte paille et c’est elle qui servirait de bonne à tout faire à Chossalinn Dhossal pendant tout son séjour. La reine des médias et des plateaux télévisés était détestée par l’ensemble des autres mortels qui avaient le malheur de croiser son chemin. Le fait qu’elle soit sa cousine ne changeait rien à l’affaire. Chossalinn ne l’avait d’ailleurs pas reconnue. La seule personne sensée qu’elle connaissait à la supporter était contre toute attente un homme charmant et accessoirement son patron. Elle imaginait donc que la tigresse possédait dans l’intimité des arguments invisibles au reste de l’humanité.

La savoir sujette à des accès de colère la rendit un peu plus humaine aux yeux de Rykil. Elle n’avait pas compris le sujet de l’appel, mais son correspondant en avait pris pour son grade. Il ou elle avait dû apprécier de se trouver à distance. L’entendant parler à nouveau, elle s’approcha de la porte.

« … je suis navrée… non… un imprévu… rien… ce sera compliqué… pas dans l’immédiat… très bien… oui monsieur… je comprends… cela ne se reproduira pas… j’y veillerai personnellement… »

Des bruits de pas approchaient. Rykil s’écarta de la porte, et prit une pose d’attente stoïque. « Ah, Rykil, je te cherchai. » Xilistt s’avança vers elle, un sourire aux lèvres. Et quelles lèvres… charnues, pleines de vie… « Rykil ? Tu m’écoutes ? » Hein ? Non. Enfin, pas plus que d’habitude. Décidément, c’était plus commode de travailler à distance. Elle était trop facilement distraite par le charme de son patron. « Oui, pardon. Que puis-je faire pour toi ?

— Il y a un problème d’intendance avec la délégation de Soulthie. Peux-tu t’en occuper ?

— Mais… et Chossalinn Dhossal ?

— Je gère. »

Être débarrassée de la corvée n’était plus si réjouissant. Quelques minutes plus tôt, elle aurait tout donné pour ne pas passer une minute de plus avec la diva et maintenant elle traînait les pieds pour rejoindre la salle de conférences. Elle devait se ressaisir. La groupie jalouse, ce n’était pas son genre. D’autant qu’il n’avait jamais cherché à dépasser le cadre professionnel et qu’elle adorait travailler avec lui. Il était temps qu’elle rencontre quelqu’un de son côté. Elle allongea le pas. Le Forum pour la Sauvegarde de la Planète regroupait des centaines de participants. Une bonne occasion de lier connaissance.  Xilistt regardait partir son assistante. Même sa démarche était joyeuse. Cette fille était une perle. Il soupira. Il n’était pas là pour faire le joli cœur. Il travaillait sous couverture depuis des années et il avait enfin réussi à approcher Chossalinn Dhossal. Ce n’était pas le moment de faiblir, quoi qu’il lui en coûte. Il se prépara comme un comédien qui s’apprête à jouer le rôle de sa vie et frappa à la porte.

——————–