Je rêve d’être riche

Je rêve d’être riche

Je rêve d’être riche.
 
Ça fait longtemps que j’y pense. Riche et célèbre de préférence. J’aimerai bien que les gens me reconnaissent dans la rue. Qu’ils découvrent qui je suis vraiment, qu’ils dépassent cette première impression parfois trompeuse.
 
J’ai imaginé être sportive de haut niveau. J’ai essayé différents sports, et j’ai aimé la découverte du potentiel physique de mon corps et de ses capacités incroyables, mais la réalité m’a vite rattrapée. Je ne suis pas taillée pour les entraînements sans fin, les compétitions à répétition, les critiques faciles et la douleur physique.
 
J’ai pensé être musicienne. Jouer d’un instrument sur scène c’est se trouver dans la lumière. Partager avec le public qui je suis et ce que je fais est un plaisir renouvelé à chaque nouvel espace. Mais ce n’est qu’un instant fugace au milieu des voyages incessants, des hôtels qui se succèdent et des répétitions dans des salles sombres et vides.
 
J’ai voulu être photographe. J’aime observer ce qui m’entoure et la découverte d’une photographie au fond d’un bac de révélateur. L’attente du séchage avant de découvrir un instant figé. Mais mes ambitions n’ont pas eu besoin que le numérique sonne leur glas, j’avais laissé cette idée de côté depuis bien longtemps.
 
Je rêve d’être riche.
 
J’en suis loin, et j’ai même perdu l’aisance financière relative que j’avais il y a quelques années. Je ne peux pas dire que je le regrette, car j’ai fait des choix de vie incontournables, et je ne reviendrai pas en arrière. Mais je continue à rêver d’être riche. Riche et célèbre de préférence.
 
J’ai travaillé le chant pendant longtemps. En chorale, en cours particuliers, chez moi et avec les autres. J’aime chanter mais j’ai du mal à placer ma voix avec celle des autres. Comme si elle venait d’ailleurs, comme si elle ne rythmait pas le même tempo, comme si elle avait d’autres harmonies. Et je n’imagine pas chanter seule et me mettre en scène. Je n’ai pas cette inconscience ou cette foi pour me faire avancer.
 
J’ai dansé des années. Du modern jazz aux danses traditionnelles, lier le corps et la musique est une évidence. Un besoin. Une envie, dès qu’une mélodie se présente. Peu importe le style et peu importe le lieu. La musique des autres me transporte et m’élève, au-delà du monde et de mes envies, loin de tout cela.
 
Je rêve d’être riche.
 
Plus je m’éloigne de cette aisance financière, et plus cette idée devient précise. A la fois inaltérable et libre. Libérée du poids de cette nécessité. Je n’ai pas besoin d’être riche pour être heureuse. Je le suis déjà. Plus ou moins suivant les instants. Parfois la réalité me pèse pendant quelques heures avant qu’un croissant de lune au milieu de la journée me rappelle qui je suis.
 
Je rêve d’être riche. Riche et célèbre même, si je vais au bout du constat. Pas pour vous en mettre plein la vue ni pour me prélasser dans un confort et des illusions superflues.
Pour partager avec vous mon expérience ici sur Terre. Pour vous dire qui je suis et vous monter comment être vous-mêmes. Pour apporter un peu plus de joie, de légèreté et de fluidité dans nos vies.
 
J’écris. Depuis longtemps. Sans m’en rendre compte, cette activité annexe a pris une nouvelle place dans ma vie. Je ne sais pas si je serai riche ou célèbre un jour, mais l’écriture en sera le vecteur si cela doit être.
 
Je peux écrire dans presque n’importe quelles conditions. Dès qu’une idée me vient, je m’isole et je suis le fil qu’elle m’apporte sans plus me préoccuper du bruit ambiant. Je peux écrire pendant des heures et des jours sans me préoccuper de ce que j’ai d’autre à faire. Je peux en parler avec les autres et je peux le faire seule. J’aime écrire dans mon coin et partager ce que j’ai écrit.
 
Je ne sais pas si je serai riche et célèbre un jour, mais je sais ce qui m’est nécessaire. Chaque nouvelle phrase et chaque nouvel écrit m’emmènent un peu plus loin sur le chemin de l’écriture. Je découvre les mots sous un autre jour. J’expérimente, j’essaie, je récris, je reprends, je (re)garde ou je jette.
 
J’ai cherché pendant des années une voie pour être riche et célèbre, et aujourd’hui je sais que je veux juste écrire. Que le reste peut arriver et que j’en serai heureuse, mais que si ça n’arrive pas, cela n’enlèvera rien à mon plaisir d’écrire…